2017
DECOUVRIR

Chiffres annuels 2017

Mediafin voit son bénéfice croître et investit massivement dans l’innovation

La fiabilité comme marque de fabrique

À contre-courant de la tendance de marché, Mediafin, éditeur des journaux business L’Echo et De Tijd, clôture l’exercice 2017 sur des résultats records. Selon son CEO, Frederik Delaplace, cet exploit est plus que jamais attribuable à la‘selling proposition’ unique du groupe: la fiabilité.

Les résultats annuels de Mediafin confirment l’orientation positive suivie par le groupe depuis plusieurs années déjà. En 2017, l’éditeur a en effet dégagé un chiffre d’affaires record de 58,4 millions d’euros. Le nombre d’abonnés a augmenté, de même que les revenus publicitaires, tandis que la marge bénéficiaire, à 21%, demeure particulièrement élevée. ‘En cette période caractérisée par l’abondance de fake news, L’Echo et De Tijd sont la référence du journalisme fiable’, souligne Frederik Delaplace, CEO de Mediafin. La fiabilité est notre marque de fabrique. Une force que nos lecteurs et annonceurs ont su apprécier.’

Tirage conjoint moyen de
50.000
EXEMPLAIRES

Les ventes en librairie et les abonnements ont représenté un tirage conjoint moyen de 56.180 exemplaires en 2017. Et la branche multimédia du groupe a encore gagné en importance. ‘Plus de la moitié de nos lecteurs privilégient déjà la lecture numérique.’

‘En cette période caractérisée par l’abondance de fake news, L’Echo et De Tijd sont la référence du journalisme fiable.’

Frederik Delaplace, CEO Mediafin
Frederik Delaplace

Charte numérique

La fiabilité comme marque de fabrique porte également ses fruits sur le marché publicitaire. Avec sa Charte numérique, Mediafin a imposé une nouvelle norme dans le secteur: ’Cette charte unique garantit à nos annonceurs 100% de trafic humain et 100% de visibilité des publicités”, indique Frederik Delaplace. “Grâce à nos titres, les annonceurs atteignent le groupe-cible des lecteurs les plus intéressants. Ce qui a permis à Mediafin d’enregistrer en 2017 le chiffre d’affaires publicitaire le plus élevé de son histoire.’

lezersmarkt
0
Les revenus du marché des lecteurs
advertising
0
les revenus publicitaires
groei
0
Le rythme de croissance des magazines d’investissement
Grafiek Created with Sketch.

Les revenus du marché des lecteurs ont augmenté de 3,2% en rythme annuel, à 26,4 millions d’euros. Et le chiffre d’affaires de la publicité a quant à lui progressé de 2% par rapport à l’année dernière, à 30,9 millions d’euros. Cela s’est traduit par un résultat inédit de 12 millions d’euros d’ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement).

Nos magazines d’investissement sont des guides fiables, qui signent un rendement annuel moyen de 9,3%.

Les magazines d’investissement de Mediafin se sont eux aussi bien portés. ‘Nos magazines pour les investisseurs sont des guides fiables’, se réjouit Frederik Delaplace. ‘Le portefeuille de L’Investisseur signe un rendement annuel moyen de 9,3%. Parallèlement, le nombre de ses abonnés a crû de 4%.’

Investir dans l’innovation produit

Grâce à ces résultats enviables, Mediafin investira cette année 2,8 millions d’euros dans l’innovation produit, dans les médias tant imprimés que numériques.

Budget d'investissement 2018
1.4

‘D’importantes nouveautés sont au programme 2018 pour le journal numérique et le site’, confirme Frederik Delaplace. ‘Ceci étant, nous poursuivrons nos investissements dans les éditions papier comme Mon Argent, Sabato et le journal du week-end.’ Le magazine week-end lifestyle a récemment fêté son 10e anniversaire en organisant un événement qui a permis de récolter 110.000 euros pour une oeuvre caritative. Et cette année, De Tijd, le journal-frère de L’Echo, soufflera ses 50 bougies.

Plus de la moitié de nos lecteurs privilégient déjà la lecture en ligne.

Expansion

Pour proposer à ses clients de nouvelles solutions de communication, Mediafin a récemment racheté les agences de relations publiques Bepublic et Bereal. “Mediafin devient ainsi un acteur de poids sur le marché de la communication business et RP”, conclut Frederik Delaplace.